Funérarium de Brigitte AUBERT

Publié le par dido

J'aimerai vous faire partager ma deuxième passion qu'est la lecture. Après la cuisine, la lecture est un moyen de détente incroyable pour les personnes pressées et stressées comme moi. Beaucoup de gens ne lisent pas ou plus aujourd'hui car fâchés avec la lecture ou pas le temps. Je faisais parti de ces gens mais j'ai découvert des auteurs incroyables capables de vous tenir en haleine de la première à la dernière page. Plus prenant qu'un bon film ! J'espère partager avec vous ma "bibliothèque" !
Je vous propose un de mes auteurs préférés : Brigitte AUBERT, originaire de Cannes, enchaîne les romans noirs / policiers à succès, dont bon nombre sont traduits dans plusieurs pays. Elle nous plonge tête première dans ses romans, suspense psychologique assuré, humours noirs sans vulgarité, provocation et je peux vous garantir que vous ne sortirez la tête de l'eau qu'à la dernière page! Son style d'écriture est naturel et juste, c'est ce que j'aime chez elle. Bonne lecture !

Résumé de l'éditeur : Rien de commun entre Léonard "Chib" Moreno, bâtard né de marins inconnus, praticien de soins funéraires, et Jean-Hugues et Blanche Andrieu, haute bourgeoisie catholique, grande finance. Rien, si ce n'est le corps d'Elilou, leur petite fille de huit ans qui a fait une chute mortelle et que les parents fous de douleur ont chargé Léonard d'embaumer. Quand celui-ci s'aperçoit que l'enfant a sans doute été assassinée, le soleil étincelant de la Côte se voile soudain et tout bascule. D'autant plus que Léonard est noir et que Blanche est blanche. Que Léonard a peur d'aimer et que Blanche ne sait plus. Que l'alcool, les médicaments et la douleur rendent fous. Et que la folie, justement, est tapie au coeur de cette famille apparemment si lisse, mais où les déchirures de la douleur laissent entrevoir l'envers du décor. Là, dans l'ombre, se consume une âme malade, dont la haine est si violente qu'elle va tous les balayer comme des fétus de paille. À moins que Léonard n'arrive à la débusquer. Mais à quel prix ?


Publié dans Romans

Commenter cet article